lord esperanza et la « nouvelle ère » du rap français

En 2010, le rap français renaissait des mains de quelques groupes passionnés tels que l’Entourage ou des artistes comme Kaaris. Nouvelles sonorités, nouveaux messages, nouvelles techniques : le rap reprenait sa flamme et s’ouvrait à la diversité. Quelques années plus tard, les membres de la nouvelle école sont devenus des stars et c’est une nouvelle génération qui fait parler d’elle.

13076927_994817067282029_7044887975485818829_n

« Il y a une nouvelle ère en ce moment, comme ça a pu arriver il y a 4/5 ans. On essaie d’être soudés, les contacts se font rapidement et les rappeurs qui émergent se connectent entre eux »

 

Dans le sillon des grands frères, la nouvelle génération du rap explore la diversité de la culture hip-hop, aiguise ses égotrips, prend le temps de soigner les textes et n’oublie pas d’être originale. Lord Esperanza, que nous avions rencontré l’année dernière, en est un des jeunes représentants. Tout dans son parcours illustre la culture et les enjeux de cette « nouvelle ère » du rap français. Poster ses sons sur Soundcloud, multiplier les collaborations, toucher à tout et travailler l’image pour trouver sa place : voilà ce qui dirige le travail de Lord Esperanza. Un an après son premier EP, le jeune rappeur parisien s’apprête à sortir son premier projet commercialisé chez Modulor dans quelques mois.

1\ On s’est vus il y a a peu près un an, t’as fait quoi depuis ?
J’ai sorti deux projets avec un pote Pollux. Lord Esperanza et Pollux, on a synthétisé nos blazes, ça a donné Lord&Lux et deux projets. Le premier, Luxury, composé de trois titres, est assez chill et musical tandis que le second, Kronos est plus dynamique avec 4 bangers.
Je t’avais dit que je comptais mettre en place plusieurs collabs, un an après je suis sur quatre groupes. Le premier c’est donc ADN, qui remplace Onlynasa ; puis Lord & Lux avec qui j’ai fait deux EPs ; après, il y a PAL A$$, avec mon pote Nelick, on sort notre première mixtape en juillet ; et un dernier avec une chanteuse – Emma Jeanne – et un autre pote rappeur Jill Romy. C’est tous des amis d’où le plaisir de faire du son avec eux.

À côté j’ai aussi bossé sur des freestyles, L’Enfant du Siècle Pt.1, Trap Tears et tous les 23 Carats. J’ai appris à mieux me connaître en studio. C’est une science à part entière, il faut vraiment comprendre sa voix. Mon premier EP, Hors de Portée, était vachement spontané. Avec Lord&Lux, on a accordé plus d’importance aux détails, bien que les tracks aient été enregistrés en un week-end.

 

2\ Qu’est-ce que tu retires de ces collaborations ?
Ce sont de belles expériences, humaines comme musicales. Travailler avec des gens différents me permet de comprendre la musique dans sa profondeur. Avec Lux, je travaille pas comme avec Nelick ou ADN et ainsi de suite… Ca me permet de me perfectionner et d’acquérir assez de maturité musicale pour préparer mon premier projet commercialisé, qui devrait sortir courant 2017 chez Modulor. L’album aura huit ou douze titres, et pourrait être produit par Loubenski.

« Va vis deviens, je suis le maître de mon destin – deux femmes à moitié nues cuisinent de la cocaïne dans un laboratoire clandestin »
L’Enfant du Siècle Pt.1

3\ On a pu te voir à Nuit Debout, en première partie de Danakil. T’en gardes quel souvenir ?
C’était magique. On a joué deux morceaux face à une foule de 4000 personnes… On a eu un très bon rapport avec le public, et c’était la première fois que je jouais devant tant de gens. À la fin j’avais tellement d’adrénaline qu’on m’a soupçonné d’être sous cocaïne (rires) Shout out à ma men Nelick qui m’a invité, sans lui j’aurais jamais fait ça !
C’était aussi un honneur parce que je me sentais concerné par la cause. J’irais pas jusqu’à parler d’engagement puisque on a joué des titres de divertissement mais c’était bien de pouvoir prouver qu’on se sent touché par ce genre de mouvement. Pour moi, c’est une belle illustration de la musique et sa force car elle permet de toucher tout le monde et d’unir les gens, sa beauté réside dans son universalité.

4\ À part Nuit Debout, t’as vu d’autres scènes ?
Ouais, avec Nelick également ! On a fait le concours Emerganza. Malheureusement on a perdu à une voix ou deux face à un groupe de rock qui avait une chanteuse très talentueuse. Emergenza c’est vachement éclectique, assez orienté rock même si le tremplin est très ouvert. On en a quand même gardé un bon souvenir et deux semaines plus tard on était sur la scène de Nuit Debout, qui, pour moi vaut beaucoup plus. Cependant c’est pas négligeable car on a pu voir la répercussion des titres de PAL A$$ sur le public, c’était une préparation pour la suite finalement, sans qu’on le sache.

 

5\ Les jeunes d’il y a six ans occupent tout l’espace aujourd’hui. Ta génération se sent pas un peu écrasée ?
Je pense pas. Quand on y réfléchit, les élus de ma génération comme Panama Bende ou PSO Thug sont relayés par Nekfeu, Sadek ou Hayce Lemsi… Chacun a sa place et chaque génération est libre de créer son mouvement. Il y a une nouvelle ère en ce moment, comme ça a pu arriver il y a 4/5 ans. On essaie d’être soudés, les contacts se font rapidement et les rappeurs qui émergent se connectent entre eux, ils échangent etc… Je pense que c’est aussi à toi – jeune rappeur qui veut percer – de trouver ce qui va te démarquer. Et si tu proposes un produit intéressant, tu trouveras ta place. Bien sûr, la génération du dessus est écrasante mais elle ne sera pas là tout le temps, au même titre que nous puisqu’il y a déjà des artistes très talentueux qui émergent alors qu’ils sont plus jeunes que moi par exemple ! Apparement, la réussite requiert trois grands facteurs : le travail, le talent et la chance. Chacun est libre de croire en ses rêves s’il s’en donne les moyens, aucune génération n’est écrasée.

 

6\ Quel disque t’as marqué cette année ?
 Celui de SCH sans hésiter, mais j’aurais pu dire Hamza, PNL ou Booba, pour ce qui est du rap français. Mais A7 de SCH est vraiment l’un des meilleurs projets de l’année. Il a vraiment une belle plume et a réussi à développer un côté engagé et poétique tout en restant également dans l’égotrip. Tu sais cette fameuse phrase reprise pendant les manifestations contre la Loi Travail : « Se lever pour 1200 c’est insultant » (SCH – A7) ; il a pris un rôle plus grand que celui de simple rappeur, à son insu et selon moi cela prouve la profondeur politique du rap, ou du moins un beau moyen d’expression pour transmettre ces idées, comme au tout début.

 

Les sonorités qu’il touche sont différentes et inspirantes, notamment grâce à DJ Kore, qui façonne une alchimie onirique à travers ses différentes productions. Young Sid Vicious, un pote d’ADN me faisait part de sa vision que je trouvais très pertinente, selon lui, SCH a « enterré » le rap de tess, même s’il continuera bien sur d’exister. Il a repris le flambeau de Lacrim pour aller vers un rap plus mafieux, un rap de grossiste. Ca passe par des costumes rouges milan dans « Champs-Elysées », ou des plans où on le voit boire du vin dans Morpheus…Son côté élégant fait de lui un artiste autant adulé que très haï et critiqué mais il disait récemment en interview qu’il appréciait ses haters puisqu’ils lui font une excellente pub en parlant de lui constamment, ce que je trouve tout à fait vrai.

« On a laissé parler vu que c’était risible – Lord, mon succès est prévisible »
23 Carats Hors-Série #1

 

7\ Et toi ça t’est arrivé de tomber sur des haters ?
Ouais, je commence à en voir quelques uns, apparemment on dit que c’est bon signe ! Ca peut froisser l’égo au début, mais ça prouve que t’arrives à procurer une émotion à un auditeur, en l’occurence de la haine ou du dégoût. Sur YouTube la dernière fois un mec disait « t’est un p’tit mec du XVIème, tu vas jamais percer »… Je répondrais par « j’contrôle plus vos sentiments j’peux pas stopper l’hémorragie, j’vous tout l’amour que vous m’portez quand vous ragez, merci »

8\ Tu penses que le rap n’appartient pas à une classe sociale ?
Bien sûr, aujourd’hui c’est le son qui parle et plus la street-cred’ : t’as un tas d’artistes qui sortent du lot sans avoir l’image classique du mec en bas du bloc. Tu peux avoir un gars comme Kanye West, mondialement connu dans le rap et issu de la classe moyenne – tu vois. C’est ça l’universalité de la musique : même si le rap est l’art de la rue, il est repris dans toutes les classes sociales. La dernière fois j’ai pris un Heetch, le chauffeur venait de Sevran et sur le chemin il me dit qu’il écoute Orelsan et Nekfeu. Au final je lui ai fait écouter ma musique et il a validé ! Il a même pris mon Soundcloud et pourtant, on avait pas du tout les mêmes codes culturels ou sociaux.

 

9\ On peut s’attendre à des évolutions dans ta musique ?
Je vais continuer à explorer des univers différents, oui. Dans Hors de Portée, j’étais beaucoup dans l’égotrip mais je me suis rendu compte que c’était important de savoir faire autre chose et de parler aux gens, notamment grâce à Yung Sid qui m’a ouvert les yeux sur la puissance de la sincérité. J’écris de plus en plus à propos de ma famille, de mes sentiments, des décès autour de moi ou de mes expériences avec la gente féminine qui n’ont pas tout été parfaites (rires).

10\ Tu prépare quoi pour la suite ?
Mon premier projet avec PAL A$$ va sortir dans quelques semaines, ça sera une mixtape de dix titres. Puis cet été je pars pour les Etats Unis, avec Rémi Verdel mon réalisateur et beatmakeur sous le nom d’IZO.

 

On prépare un EP 100% clipé. À la rentrée je bosse avec Kurama, un beatmakeur qui vient de Rennes, très talentueux, attendez-vous à des sonorités plus éléctro. Je prépare aussi un projet avec Majeur/Mineur. Le troisième EP de Lord & Lux, qui sera encore plus travaillé fera suite à Luxury et Kronos en décembre. Je sortirais un dernier petit projet solo avant l’album commercialisé par Modulor.

« Pragmatique comme Palpatine, j’m’arrête pas tant qu’j’ai pas l’platine »
L’Enfant du Siècle Pt.1

 

12821357_964563630307373_1683405191227479913_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s